Abonnez-vous
aux projets

Pour recevoir en direct du terrain les avancées
des projets WWF France

Ou abonnez-vous à des projets spécifiques :

L'adresse Email entrée n'est pas valide

Veuillez selectionner un projet

Votre inscription a bien été validée !

Méditerranée
Le dispositif REPCET

Kezako ?
REPCET pour "Repérage en temps réel des cétacés"

En Méditerranée, en plein coeur du Sanctuaire Pelagos, le développement du système REPCET vise à protéger les populations de grands cétacés des risques de collision avec les navires. La mise en place de cet outil informatique et collaboratif se fait avec le concours des compagnies maritimes.

REPCET permet le partage en temps réel des positions observées de baleines sur les routes de navigation, grâce à une communication satellite. Les navires équipés du système REPCET peuvent ainsi partager leurs observations de cétacés et augmenter leur veille pour réduire le risque de collision si des baleines sont signalées sur leur route de navigation.

 

 Comment ça marche ?

La meilleure technologie pour limiter les risques de collisions entre les grands cétacés et les grands navires est l’outil REPCET, système logiciel dédié à la navigation. Chaque observation de grand cétacé réalisée par le personnel de quart depuis un navire utilisateur de REPCET est transmise en temps quasi-réel par satellite à un serveur situé à terre.

Le serveur centralise les données et diffuse des alertes aux navires équipés et susceptibles d'être concernées par un signalement. Les alertes sont alors cartographiées à bord sur un écran dédié.

La nature collaborative du système repose sur la densité du trafic maritime commercial. D'autres contributeurs volontaires peuvent également participer au dispositif en signalant les cétacés observés, notamment les navires militaires, les scientifiques en mer, les opérateurs de whale-watching ou encre la grande plaisance.

Denis Ody, Responsable du bureau de Marseille du WWF France

"Loin d’être anecdotiques, les collisions avec des bateaux sont considérées comme l’une des principales causes de mortalité non naturelle des rorquals communs et des cachalots en Méditerranée."